L'Affaire Savarin en 1816 (Christian Schneider)

La Publication "Les Nouvelles Annales de l'Ain" (travaux 2008), consacre 28 pages à l'affaire Marie César Stanislas Savarin de Jujurieux habitant Saint Jean le Vieux lors de cette affaire. Après le second retour des Bourbons une terrible répression politique s'installa pendant deux ans: la terreur blanche. Durant cette période, une série de complots bonapartistes eut lieu. Les recherches historiques récentes prouvent que ce furent les autorités qui suscitèrent ou laissèrent se développer les complots. Savarin fut arrêté le 23 mai 1816 à Poncieux chez Jean Louis Boccard (Maison du Citoyen) ou il se cachait, il fut guillotiné le 25 octobre 1816 sur la place de la foire de Bourg à 2 h de l'après-midi. La majorité des archives proviennent de Jean Claude Robin qui habite la maison où est né Savarin. Des noms de famille connus de Jujurieux et Saint Jean le Vieux apparaissent souvent au cours de l'exposé. La publication est en vente aux maisons de la presse des deux villages au prix de 15 €.

La maison Savarin dans la Côte du même nom actuellement


Conférence sur l'affaire Savarin

Les amateurs d'histoire sont cordialement invités (entrée gratuite) à 16 heures samedi 13 juin à l'Espace Culturel C.J Bonnet pour assister à une conférence sur "L'affaire Savarin, un épisode de la Terreur blanche" par le docteur en histoire Christian Schneider. Il détaillera la vie de Marie César Stanislas Savarin de Jujurieux, mais habitant Saint Jean le Vieux lors de cette affaire. Après le second retour des Bourbons une terrible répression politique s'installa pendant deux ans, la terreur blanche. Durant cette période, une série de complots bonapartistes eut lieu. Les recherches historiques récentes prouvent que ce furent les autorités qui suscitèrent ou laissèrent se développer les complots. Savarin fut arrêté le 23 mai 1816 à Poncieux chez Jean Louis Boccard (Maison du Citoyen) ou il se cachait, il fut guillotiné le 25 octobre 1816 sur la place de la foire de Bourg à 2 h de l'après-midi.

Cette conférence se fait dans le cadre de la visite de Jujurieux par la prestigieuse Société d'Émulation et d'Agriculture de l'Ain (Académie des Sciences, Lettres et Arts de Bourg et des Pays de l'Ain. Fondée en décembre 1755), le matin sous la direction de Henry Pansu ils visiteront les ateliers des soieries Bonnet puis la maison Savarin où ils auront pour guide son descendant Jean Claude Robin qui est membre des "Amis du patrimoine de Jujurieux.


L'affaire Savarin expliquée aux amateurs d'Histoire

La conférence organisée samedi à 16h30 par la Société d'Émulation l'Ain et les Amis du patrimoine de Jujurieux a attiré 80 férus d'Histoire. Après un bref discours de bienvenue du maire Jean Chabry, Henry Pansu présenta à l'auditoire le Docteur en Histoire Christian Schneider. Le conférencier fit un rappel du contexte et de l'état d'esprit des bonapartistes et des royalistes lors des deux restaurations de Louis XVIII avec au centre le retour de l'île d'Elbe de L'Empereur Napoléon. Le pays et les esprits avaient grandement changé depuis le départ des exilés au début de la révolution. Les nobles voulaient récupérer leurs biens vendus comme "Biens nationaux", les brimades envers les anciens officiers étaient courantes comme par exemple l'obligation d'aller à la messe. Lors du débarquement à Golf Juan de Bonaparte et dès le début des 100 jours Marie César Stanislas Savarin de Jujurieux se porta volontaire avec le grade de lieutenant pour aider le rétablissement de l'Empire, quelques exactions se firent sans sa présence à Saint Jean le Vieux et dans la région, grande gueule et chef charismatique, pour certains il était responsable de tout. Lors de la deuxième restauration, la jalousie, les rancœurs, les dénonciations et les mensonges amenèrent à l'échafaud le 25 octobre 1816 cet homme ordinaire que les évènements avaient certainement transcendé. Ce scenario est malheureusement éternel et se répète tout au long de l'histoire!

De gauche à droite: Christian Schneider et Henry Pansu


Retour page CALENDRIER